Deadline (Mercure de France, 2013), traduit du roumain par Fanny Chartres

Deadline francais

“La présentatrice, vêtue d’une veste mauve, d’apparence stricte, conformément au règlement, mais pas au point de cacher le début de ses seins, annonça que Miruna Tomescu, vingt-neuf ans, domiciliée à Bucarest, avait été retrouvée morte dans son appartement samedi, avec deux dossiers dans les bras et son ordinateur allumé devant elle. Il semble qu’elle avait travaillé des semaines entières sur un projet important, ce qui l’avait exténuée.
Voilà comment tout commença un lundi comme un autre, à 11 heures 11 minutes exactement…”

Présentation

Ce cas typique de « burn out » aurait pu passer inaperçu mais quelqu’un lance l’information sur le net et aussitôt la toile s’embrase. Des blogueurs échangent des commentaires enflammés, des mouvements de protestation s’organisent, des manifestations de rue aussi. Quelle est donc cette société qui broie ainsi au travail ses plus jeunes et plus brillants éléments ? Quel est le sens d’une telle vie ?
Pour mieux comprendre l’histoire de Miruna, un des blogueurs décide d’aller filmer les lieux où elle a vécu. Et là, dans la cour de l’immeuble, il va rencontrer un clochard, Zaim, l’antithèse même de la réussite, quelqu’un qui a tout perdu, renoncé à tout, broyé par la terrible époque Ceausescu. Pourtant, c’est entre ses mains que le jeune cinéaste amateur va découvrir un trésor qui à son tour va enflammer le net…

Adina Rosetti est une des jeunes romancières les plus prometteuses de Roumanie. Rédactrice ay magazine « Elle » roumain, elle a fait sensation avec ce premier roman très enlevé, très moderne, avec çà et là une touche de fantastique mêlée d’humour

Revue de presse

Le magazine littéraire
“Avec Deadline, la jeune Adina Rosetti trousse d’une écriture alerte le portrait en forme de fable d’une Roumanie en proie à la folie de la libéralisation sans frein. Un roman, qui, au delà de son aspect grinçant, pose des questions fondamentales sur le sens de la vie dans nos sociétés ultralibérales.”
Alexis Liebaert
magazine litteraire
Lire
“Aves Deadline, Adina Rosetti dose habilement faits d’hiver, humour et satire pour signer un premier roman qui a fait du bruit dans son pays, parce qu’il est le triste symbole d’une société de plus en plus épuisée, comme la malheureuse Miruna.”
André Clavel

La Vie
“Dans Deadline, roman satirique branché sur l’époque, la jeune Miruna, 29 ans, qui travaille pour une multinationale à Bucarest, est retrouvée morte d’épuisement sur le canapé de son salon, au milieu de ses piles de dossiers. Une fable douce-amère sur une Roumanie à la sévère gueule de bois.”
Marie Chaudey

Ouest-France
“Adina Rosetti joue la carte de l’humour et de la critique. Voisin médisants baignant dans une odeur de boulettes marinées, chefs aux crocs acérés, collègues moutonniers, personne n’échappe à son regard caustique. Son roman a eu un certain retentissement. Sans doute la Roumanie se reconnaissait-elle dans le miroir qui lui était tendu…”
Florence Pitard

Le Nouvel Observateur
“Deadline d’Adina Rosetti est une surprenante plongée dans la Roumanie des blogs et du Net.”
Didier Jacob

Le Monde des livres
“Du clochard céleste qui vit dans la cour de l’héroïne, au chef de cette dernière, un requin déboussolé par le départ de son épouse, tous ouvrent les yeux, trouvent l’amour, le succès, ou l’apaisement. Adina Rosetti impressionne par son aisance à varier les tons: réalisme saisissant lorsqu’elle peint un capitalisme mondialisé, à bout de souffle, humour et poésie quand elle décrit ses vies cabossées, plus une once de fantastique pour pimenter le tout: un auteur est né.”
Stéphanie Dupays